Parce que le public est une composante essentielle de toute œuvre artistique, Imed Jemaa choisit de braquer les projecteurs sur lui dans sa toute dernière création chorégraphique. Un public multiple, changeant, parfois fusionnel, d’autres fois détaché, obstiné ou encore impitoyable mais jamais invisible. A l’origine de « Public », un texte de Monique Akkari. L’œuvre du danseur et chorégraphe Imed Jomâa est justement l’occasion de se poser toutes les questions évoquées dans ce texte et bien plus, de mettre en image des mots et des interrogations, une façon subtile de mettre à nu le public mais pas n’importe lequel, le public tunisien dans toute sa complexité ! Subissant de plein fouet les changements socio-politiques de cette Tunisie nouvelle, confronté à des forces obscures qui ne cessent de le tirer en arrière, le public tunisien est désarçonné, déstabilisé, ne sachant que choisir entre une périlleuse mais salvatrice liberté de dire et de penser et un rassurant mais étouffant retour vers la dictature. Que choisira-t-il en fin de compte? Impossible de le dire tant chaque public, de par ses origines, son vécu, sa réalité et son background est unique et imprévisible.

Il n'y a pas encore de commentaires

    • Bonjour, invité