La vie est une geôle où chacun des occupants cohabite malgré lui. L’un oppresse et l’autre subit. Cette inégalité provoque des tensions voulues, fabriquées et livrées sur place. Elle devient source d’un déséquilibre qui contente les uns, une minorité puissante et affaiblie les autres, une majorité sans voix. Ces derniers sont assujettis à toute justice injuste. Ils sont deux, captifs de la liberté. Décidés à mourir pour l’honneur et la dignité. Ils présentent l’intérieur d’une bouteille vide, remplie d’eau, puisque depuis longtemps, ils se sont tus. Ils se contentent de subir. Tombants, trébuchants, la tête haute, les voilà sur le chemin des martyrs. Ils bravent tout, même leurs propres vies pour que triomphe la vérité, sacrifiant même leurs épouses…

Il n'y a pas encore de commentaires

    • Bonjour, invité