« Khyol » est le dernier volet d’une tétralogie sur les quatre éléments nommée « Le fleuve aux quatre bras ». Après la terre (les hommes désertés), l’eau (Rouge de la guerre) et le feu (Nul endroit du monde), c’est le vent dont il est question ici. L’histoire se déroule dans un pays où la terre et l’eau se mêlent. Après trois ans, huit mois et vingt jours de terreur, le régime des écharpes noires s’effondre. Pas complètement, néanmoins. Elles parviennent dans certaines régions à se reconstruire et tenir tête aux forces gouvernementales soutenues par un pays voisin. Étrangement, au milieu de ces violents combats, une troupe de théâtre se forme et parcourt les villages. « Khyol » est un artiste de son temps, un acteur avec sa troupe, le plus grand acteur. Un soir particulier. Alors Khyol est sorti de lui même, par la force des choses. Il va endosser un grand rôle; un rôle qui va le mener au delà des bornes de la folie, du rêve, de la peur, de l’amour, de tout projet, de tout spectacle, bien vivant pourtant, encore.

Il n'y a pas encore de commentaires

    • Bonjour, invité