« Stabat Mater Furiosa » (La mère furieuse qui se tenait debout) est le cri de douleur, de révolte et de colère d’une femme à l’encontre de celui qu’elle appelle tout au long du spectacle « l’homme de guerre ». Cette parole singulière adressée de manière frontale est, au-delà d’un cri de lamentation, un véritable hymne à l’amour et un appel à la tolérance et à l’ouverture sur l’autre. Comment alors résister à la tentation d’un rapprochement avec le « Stabat Mater Dolorosa », chant liturgique catholique, chargé de mélancolie et faisant référence à la Vierge Marie en pleurs au pied de son fils crucifié.

Poétique, intense, poignant, le texte de Jean-Pierre Siméon dégage une impressionnante force émotionnelle et esthétique. C’est une œuvre à la fois sentimentale et dramatique, dont la multiplicité d’images se distingue d’une simple lecture de la pièce, car le mouvement et le rythme sont, avant tout, contenus dans la parole.

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires

    • Bonjour, invité